H.R Giger

Nous nous voyons dans ses tableaux comme des sortes d'embryons rampants (Timothy Leary)

13 novembre 2004

3. ARh+: Un personnage mystérieux au spectacle.

Au cinéma:

En 1975, Giger rencontre Jodorowsky, cinéaste controversé, qui travaille sur le projet du film Dune, inspiré par le roman de Frank Herbert. Il lui est demandé de peindre des paysages tout d'abord, puis toute une planète qui serait gouvernée par le mal. Malheureusement, la collaboration finira par échouer du fait que le travail de Giger semble dévalué. La première grande collaboration cinématographique de Giger n'eut jamais lieu.


Dune II (1975)

En 1977, on lui demande de créer un monstre en lui laissant les pleins pouvoirs. Il s'agirait là d'une grosse production. Cependant, la proposition qui lui est faite est simplement en cours de discussion. Indiscutablement, lorsque le Nécronomicon paraît en 1978, tout le monde est ravi et décide que Giger sera le peintre officiel du film. On se met en place, on crée des prototypes du monstre grandeur nature en polyester. Le film sera une réussite totale et fera connaître Giger au monde entier. Tout le monde a vu Alien.


Wrack (1978)


Pilote dans le cockpit (1978)

D'autres collaborations lui sont proposées, dont Le Touriste, en 1982.


The Tourist XI (1982)

On trouve également le projet de Poltergeist II, mais l'oeuvre échouera bien vite, Giger, décu par le scénario, estimant qu'il ne s'agit là de rien d'autre qu'un film d'horreur pour enfants


Reverend B / The smoke Beast (1985)

Les multiples expositions qu'il organise au Japon lui font obtenir l'exclusivité pour un film d'horreur japonais intitulé Goho Dohji, en 1987.


Goho Dohji (1987)

Il existerait d'autres projets, mais les oeuvres mineures et les collaborations avortées ne nous intéressent qu'à moitié.

Pour la musique:
Les membres du groupe de rock britannique, Emmerson Lake & Palmer; lui demandent de réaliser la pochette de leur nouvel album paru en 1973: Brain Salad Surgery.


Brain Salad Surgery, pour Emmerson, Lake & Palmer (1973)

En 1981, la chanteuse de pop Debbie Harry, que l'on connait mieux sous le pseudonyme de Blondie, lui demande de s'atteler à la même tâche pour l'album Kookoo.


Debbie I (1981)  pour la couverture de Kookoo

Les épingles qui lui transpercent le visage symbolisent les quatre éléments:
Les yeux pour le Feu
Le nez pour l'Air
La bouche pour l'Eau
La gorge pour la Terre

En 1985, Celtic Frost réutilise l'une de ses peintures pour sa couverture.

Satan I, (1977) réutilisé pour la couverture de Celtic Frost

 

                                 Suite

                                          Cliquer ci-dessus pour voir la suite

Posté par D Caniglia à 11:23 - 3. ARh+ - Permalien [#]

 
Joseph Caniglia